maldives-1993704_1920

Vacances des joueurs internationaux : que nous dit le règlement ?

maldives-1993704_1920

Peut-être avez-vous remarqué que pour les clubs de ligue 1, la reprise n’est pas une rentrée des classes. Certains joueurs manquent à l’appel et n’attaquent pas le travail foncier sous une chaleur écrasante. S’agit-il de privilèges ? D’accord entre les parties ? Pas nécessairement. Le droit est très présent dans le football pour protéger les joueurs, y compris lorsqu’il s’agit de congés.

Le cas des internationaux qui ont disputé la Coupe d’Afrique des Nations est intéressant à cet égard. Nous pouvons citer Khazri à Saint-Etienne, Bensebaini et Sarr à Rennes, Kalu à Bordeaux, Attal à Nice, qui ont eu la chance d’atteindre le dernier carré de la compétition. L’article 259-2 de la convention collective national des métiers du football, plus communément appelée « charte du football professionnel » prévoit que les joueurs internationaux ayant pris part à une compétition estivale se verront accorder une période de congés minimum de 10 jours ouvrables consécutifs. Cette période commencera le lendemain du dernier jour de la mise à disposition du joueur en équipe nationale.

Les clubs de ligue 1 sont donc en mesure d’exiger leur retour de leurs internationaux africains au plus tard le 1er aout ! Mais nul doute que des accords ont été conclus avec les joueurs pour leur octroyer des jours supplémentaires et leur permettre de gouter à un repos bien mérité !

Cet exemple nous permet d’aborder en classe le droit commun en termes de congés payés à travers le droit du travail, qui est une matière au programme de l’examen général d’agent sportif. On voit également dans cet exemple les spécificités du sportif avec la Convention Collective Nationale du Sport, qui se décline pour le football en Convention Collective Nationale des Métiers du Football.